“L’estuaire de la Gironde : un espace important pour la conservation des populations ouest-atlantiques de Gorgebleues à miroir”-BiosPhère Environnement

Suite à différents travaux conduits sur l’estuaire de la Gironde, BioSphère Environnement a pu mettre en évidence que les zones humides de ce vaste éco-complexe accueillaient en fin d’été un nombre important de Gorgebleues à miroir (Luscinia svecica) adultes changeant l’intégralité de leurs plumes (mue complète). La Gorgebleue à miroir est une espèce comprenant différentes sous-espèces, dont la sous-espèce namnetum : endémique du littoral du Golfe de Gascogne considérée comme pouvant présenter des risques d’extinction (Eybert & Questiau, 1999). Les échanges avec les membres du Groupement d’Intérêt Scientifique International « Atlantic Flyway Network », qui regroupe des équipes d’ornithologues travaillant sur différents estuaires du Golfe de Gascogne (dont BioSphère Environnement pour l’estuaire de la Gironde), tendent à montrer que l’estuaire de la Gironde est probablement l’un des rares espaces du littoral atlantique accueillant d’importants effectifs d’individus de Gorgebleues à miroir en mue complète.

Compte-tenu du coût énergétique de la mue chez les oiseaux, en accueillant pour leur mue complète une part peut-être considérable d’individus de la côte atlantique, l’estuaire de la Gironde joue ainsi probablement un rôle majeur pour la conservation de nombreuses populations de Gorgebleues à miroir ouest européennes desquelles les individus de la sous-espèce namnetum dont l’état de conservation est à surveiller. A la vue de ces éléments, à compter de l’été 2012, BioSphère Environnement à prévu de piloter un travail de recherche avec capture, marquage (pose de bagues immatriculées) et recapture d’individus, permettant de quantifier le pourcentage de Gorgebleues à miroir en mue fréquentant l’estuaire de la Gironde. Le programme permettra de définir les origines géographiques des individus (étude des différents morphotypes et proportion d’individus de la sous-espèce namnetum), de décrire la chronologie de mue et d’évaluer les temps de séjours moyens des individus sur les espaces estuariens. Les résultats obtenus permettront d’aider les gestionnaires d’espaces de l’estuaire de la Gironde à prendre en compte le rôle de l’estuaire pour la Gorgebleue à miroir dans leurs réflexions.

Une grande partie du travail de terrain relatif à ce projet se fera au travers d’un camp de baguage mis en place tout au long du mois d’août sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde, sur les zones humides situées entre Chenac-Saint-Seurin-d’Uzet et Mortagne-sur-Gironde, propriété du Conservatoire du Littoral et gérées par le Conservatoire d’Espace Naturel de Poitou-Charentes. Des visites-conférences pour découvrir le travail qui sera conduit seront proposées en août en partenariat avec le Conservatoire d’Espaces Naturels de Poitou-Charentes et le Parc de l’Estuaire. Pour les personnes passionnées désirant collaborer activement à ce programme de recherche, il est également possible d’intégrer l’équipe une partie du mois d’août pour assister l’équipe dans son travail.

Informations sur les visites-conférences :

www.leparcdelestuaire.com

Informations pour participer au camp de baguage :

www2.mnhn.fr/crbpo/spip.php?article375

Responsable programme et contact presse :

Raphaël Musseau : musseau.biosphere-environnement@orange.fr

Photos : Gorgebleue à miroir © BioSphère Environnement.

Tags: ,

Leave a Reply

*

 
No weather data found for [France, Saint-Georges-de-Didonne, vertical]